Certifications

UNESCO
Grottes de Škocjan - patrimoine mondial

logo unesco velik
La Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel a été adoptée par l’Assemblée générale de l’Unesco le 16 novembre 1972 à Paris; elle est entrée en vigueur en 1976. Son objectif est d’assurer l’identification, la protection, la conservation, la mise en valeur et la transmission aux générations futures du patrimoine mondial culturel et naturel. Les Grottes de Škocjan ont été inscrites sur la liste du patrimoine mondial le 28 novembre 1986.

Ces grottes sont avant tout un phénomène naturel d'une valeur exceptionnelle au niveau mondial, placé au rang du Grand Canyon, de la Grande barrière de corail, du Galápagos, du Mont Everest, etc.



Justification des critères de la zone du patrimoine mondial naturel:

  • le plus grand canyon souterrain connu au monde jusqu’ici (critère de l’Unesco a-i, a-iii);
    skocjan caves foto unesco 2
  • l’exemple du karst de contact formé au contact du flysch et des calcaires ; les karstologues on pris l’exemple de la Grande doline et de la Petite doline pour décrire les dolines d’effondrement, notion utilisée dans la terminologie karstologique internationale ; la zone de petite superficie a vu se former de nombreux phénomènes karstiques (pertes, ponts naturels, gorge, marmites de géant, dolines d’effondrement, gouffres, canyon souterrain, passages de concrétions, sources ...) (critère de l’Unesco a-i);
  • la Grande doline et la Petite doline, les pertes et le canyon souterrain sont des exemples de la beauté exceptionnelle de la nature et revêtent une grande importance du point de vue esthétique (critère de l’Unesco a-iii);
  • en raison des conditions micro-climatiques particulières, un écosystème exceptionnel s’est développé dans la Grande doline et la Petite doline où les éléments biogéographiques méditerranéens, subméditerranéens, de l’Europe centrale, illyriens et alpins s’entremêlent. Ainsi des espèces alpines (ex. l’auricule) et méditerranéennes (ex. les cheveux-de-Vénus) poussent l’une à côte de l'autre. Dans le fond plus froid des dolines d'effondrement, les espèces végétales alpines sont protégées pendant les périodes chaudes qui suivent les périodes glacières (reliques glaciaires) (critère de l’Unesco a-ii, a-iv);
  • la Grande doline est l’habitat traditionnel de la campanule endémique (Campanula justiniana) qui pousse seulement au sud-ouest de la Slovénie ; parmi les espèces animales menacées, on y trouve surtout les chauves-souris et la faune cavernicole souterraine (critère a-iv);
  • la région revêt également une grande importance culturelle et historique parce qu’on y trouve des traces de colonisation datant du mésolithique. La coexistence de longue date de la nature et de l’homme se reflète dans le paysage culturel karstique caractéristique ainsi que dans le modèle subtil de colonisation et le patrimoine architectural karstique. La région est historiquement importante du point de vue de l’exploration du Karst et des phénomènes karstiques au moins depuis le XVIIe siècle (Valvasor) jusqu’à présent. Les Grottes de Škocjan portent le témoignage aussi pour la période quand les sentiers touristiques n'ont pas été ouverts au large public.


RAMSAR
Les Grottes de Škocjan - zone humide souterraine karstique

logo ramsar velik
Le 18 mai 1999, les Grottes de Škocjan – comme la première zone humide souterraine au monde – ont été inscrites sur la Liste des zones humides d'importance mondiale de la Convention de Ramsar.
Avec le cours d’eau souterrain de la Reka, elles forment une des zones humides souterraines les plus longues en Europe.



skocjan caves foto ramsar 2
Le 2 février 1971, la première convention intergouvernementale sur la conservation et l'utilisation durable des biens naturels a été signée à Ramsar en Iran. La Convention de Ramsar est entrée en vigueur en 1975 et, dans le cadre des efforts communs pour la préservation des zones humides, relie 144 pays. Elle comprend une définition très large des zones humides et veille à leur protection adéquate. Son objectif principal est d'assurer la conservation des zones humides, surtout de celles d'importance mondiale, par l'utilisation rationnelle, la coopération internationale et la protection.

Le souterrain karstique offre un abri sûr à de nombreux organismes qui se sont de manière différente adaptés à ce milieu obscur, humide et pauvre en nourriture. Entre les roches, dans la rivière et les petits lacs ainsi que dans les gouttes d'eau qui tombent des voûtes, de nombreux animaux qu'on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde ont trouvé leur refuge silencieux.

Dans le souterrain, la richesse du monde vivant dépend de la qualité de l’eau qui y afflue. L’eau influence aussi la qualité de vie à la surface. Les hommes de la région portent la charge de responsabilité pour la conservation de la biodiversité dans les écosystèmes dans lesquels ils vivent.



MAB
Réserve de biosphère Karst

logo mab velik
L'homme et la biosphère (MAB) est un programme intergouvernemental de recherche qui met en place le réseau mondial de réserves de biosphère où on préserve la biodiversité et renforce le développement durable. L’accent est mis sur une gestion intégrée, coopérative et décentralisée ; la coopération avec les communautés locales est particulièrement importante.
 
Il existe 19 zones au monde qui sont à la fois inscrites sur la Liste du patrimoine mondial et la Liste des zones humides d’importance mondiale de Ramsar et font partie du Programme MAB, dont le Parc des Grottes de Škocjan.


skocjan caves foto mab

Le 29 octobre 2004, le Parc des Grottes de Škocjan, Slovénie, a été admis au réseau mondial des réserves MAB comme la réserve de biosphère Karst qui découvre la liaison de l’homme avec la nature et l’importance de l’éducation pour la préservation de la qualité de vie.

Le patrimoine culturel dans la réserve de biosphère Karst comprend les chefs-d'œuvre d'architecture, de taille de pierres et d’archéologie ramenés à la vie grâce à la restauration et à la présentation. Les recherches permettent de recueillir les témoignages des temps passés pour mieux connaître et protéger l’héritage de nos ancêtres.

Dépliant: L’homme et la biosphère


Natura 2000 au Parc des Grottes de Škocjan

logo natura2000 velikNatura 2000 est le réseau paneuropéen des zones naturelles d’intérêt écologique. Il a été conçu en vue d'éviter la disparition des espèces animales et végétales ainsi que de leurs espaces vitaux (habitats). Les zones forment un réseau important pour le maintien de l’état favorable de conservation des espèces. La zone du Parc régional des Grottes de Škocjan se trouve dans la zone de protection de Karst ; dans la zone d’influence du Parc, il y a encore deux autres zones de protection, la vallée de la Reka et la zone du Snežnik et de la Pivka.
  

skocjan caves foto natura dolina

La zone de protection, qui se trouve dans la zone d’influence du Parc régional et s’étend, dans la partie plate de la vallée de la Reka, entre les villages Trpčane et Topolc, a été désignée surtout à cause du râle des genêts (Crex crex) qui habite les prés humides et non cultivés que les paysans fauchent plutôt tard, probablement dans la seconde moitié du mois de juillet. Sa préservation dans la vallée de la Reka est largement soutenue par l'agriculture extensive et la mosaïque de surfaces cultivables, de prairies humides et de surfaces embroussaillées. On y trouve aussi plusieurs autres oiseaux protégés, dont le blongios nain, la caille de blés, la chevêche, la pie-grièche à poitrine rose, etc.

Une partie de la zone d’influence s'étale dans la zone de protection du Snežnik et de la Pivka. Dans cette zone, couverte de vastes forêts dinariques de hêtres et de sapins qui figurent parmi les plus grands peuplements forestiers en Slovénie, on peut voir de nombreuses espèces importantes, parmi lesquelles, en particulier, la chouette de l'Oural, mais on y rencontre également d'autres oiseaux protégés : la perdrix bartavelle, la chouette de Tengmalm, le grand duc, le pigeon biset, le grand tétras, etc.

Source:
Božič et al. : Življenje med nebom in zemljo (La vie entre le ciel et la terre),
Društvo za opazovanje in preučevanje ptic Slovenije 2006.